Catégories
Music

Sur écoute…

Je l’avoue humblement, je n’avais jamais regardé « The Wire » (Sur écoute en français). Erreur désormais réparée, par quelques soirées en mode « binge watching »… Dans les années de sa diffusion en France, je n’étais pas beaucoup devant la TV, et même si j’aimais déjà beaucoup les séries, je ne l’ai pas vue passer.

Mais ce n’est pas de la série elle-même dont il est question dans ce billet, mais de son environnement musical. La bande son est subtilement intégrée directement dans les scènes (elle provient généralement d’une source dans le plan) et non pas en sur-impression comme cela se fait le plus souvent.

Ce qui est intéressant de mon point de vue, est l’utilisation pour le générique d’une même composition, mais interprétée par des artistes différents au fil des saisons.

Le titre choisi est « Way Down in the Hole », une chanson entre Gospel et Blues, composée par Tom Waits pour son album Franks Wild Years en 1987.

La première saison utilise une reprise par les Blind Boys of Alabama.

En live

La deuxième saison utilise la version originale de Tom Waits, avec sa voix rocailleuse si reconnaissable, et ses textes qui portent un regard profond, parfois cynique, sur une certaine humanité abandonnée.

A la saison suivante, c’est une reprise par The Neville Brothers, groupe de Soul/Funk de la Nouvelle Orléans.

La quatrième version de « Way Down in the Hole » est enregistrée et arrangée spécialement pour la série, par 5 jeunes artistes de Baltimore (Ivan Ashford, Markel Steele, Cameron Brown, Tariq Al-Sabir, Avery Bargasse), sous le nom de Domaje.

Le générique de la cinquième et dernière saison est interprété par Steve Earle, qui a aussi un petit rôle récurrent dans la série où il joue un drogué repenti. Il donne des détails dans la vidéo ci-dessous.

Live

Way down in the hole (lyrics)

When you walk through the garden
You gotta watch your back
Well, I beg your pardon
Walk the straight and narrow track
If you walk with Jesus
He's gonna save your soul
You gotta keep the devil
Way down in the hole
Sur écoute - The Wire
Moviestore Collection/REX/Shutterstock

Sur écoute…

J’ai apprécié ces 5 saisons (que j’ai regardées en VOST), la description de l’environnement (corruption politique, décrépitude américaine, communauté noire abandonnée…), la description des personnages… même si j’ai trouvé le tout un « mou ». Les tensions se mettent en place un peu lentement à mon goût (déployées sur 10 à 13 épisodes), mais c’est effectivement, selon moi, une bonne peinture d’une ville aux USA, en plein déliquescence.

A mon humble avis, une série équivalente située dans les années 2015 à 2020 serait la bienvenue… Et serait très extrêmement déprimante…

PS : je trouve toujours amusant de voir des acteurs dans ces « vieilles » séries, quand on les a vus dans d’autres rôles depuis…

PS2 : Bosch est une autre série avec un bon superviseur musical, aidé bien sûr par les goûts musicaux du personnage, décrits dans les livres de Michael Connelly, dont est tirée la série. Pour ceux qui aiment le Jazz, entre autres…

Michael Connelly & Titus Welliver on the set of « Bosch »
Catégories
Music Education

The SugarHill Gang – Rapper’s Delight (1979)

Pour cette nouvelle série « Music Education » sur le blog, toujours dans le contexte de sauver mes billets Google+, c’est donc ce fameux titre de SugarHill Gang que j’ai choisi pour démarrer… Qui ne connait pas ce titre… Enfin, j’espère que même ma nouvelle génération de rappeurs l’a écouté au moins une fois. En effet Rapper’s Delight marque le début d’un « nouveau » style musical qui va exploser sur la terre entière… Je dis « nouveau » car fondamentalement, comme toutes les évolutions musicales, ce genre en devenir s’appuie sur ce qui a été fait avant (Blues, Gospel…), recombine, reformate et produit un changement d’orientation, comme on en a connu à différentes autres époques.

Comme je l’ai écrit dans un autre billet, à propos de mon blog KoToNTeeJ, la musique, toutes les musiques, avec tout de même quelques préférences (musiques africaines, Jazz…) a toujours eu une importance capitale dans ma vie. Ce morceau bien évidemment aussi, après la longue période scratch et hip-hop.

Je vous souhaite donc la bienvenue dans cette nouvelle catégorie sur le blog qui se nomme « Music Education« .

The SugarHill Gang – Rapper’s Delight

I said-a hip, hop, the hippie, the hippie
To the hip hip hop-a you don't stop the rock,
It to the bang-bang boogie, say up jump the boogie
To the rhythm of the boogie, the beat
Now what you hear is not a test: I'm rappin' to the beat
And me, the groove, and my friends are gonna try to move your feet
See, I am Wonder Mike, and I'd like to say hello
To the black, to the white, the red, and the brown, the purple and yellow
But first I gotta bang bang the boogie to the boogie
Say up jump the boogie to the bang bang boogie
Let's rock, you don't stop
Rock the riddle that will make your body rock
Well, so far you've heard my voice, but I brought two friends along
And next on the mike is my man Hank: come on, Hank, sing that song