Catégories
Citation Photo

Louis « Satchmo » Armstrong

Just a quick post as a tribute to Louis « Satchmo » Armstrong, with pictures, less known facts and a beautiful song…

« Musicians don’t retire. They stop when there’s no more music in them. »

Louis Armstrong

On March 19, 1918, Louis married Daisy Parker from Gretna, Louisiana.
They adopted a 3-year-old boy, Clarence Armstrong, whose mother, Louis’s cousin Flora, died soon after giving birth. Clarence Armstrong was mentally disabled (the result of a head injury at an early age) and Louis would spend the rest of his life taking care of him. Louis’s marriage to Parker failed quickly and they separated. She died shortly after the divorce.

Plenty more photos of Satchmo @ Louis Armstrong House Museum.

Claude Nougaro – Armstrong

[…]
Armstrong, la vie, quelle histoire
C’est pas très marrant
Qu’on l’écrive blanc sur noir
Ou bien noir sur blanc
On voit surtout du rouge, du rouge
Sang, sang, sans trêve ni repos
Qu’on soit, ma foi
Noir ou blanc de peau
Armstrong, un jour, tôt ou tard
On n’est que des os
Est-ce que les tiens seront noirs ?
Ce serait rigolo
Allez Louis, alléluia
Au-delà de nos oripeaux
Noir et blanc sont ressemblants
Comme deux gouttes d’eau

Catégories
KoToNTeeJ Music Education

Satch plays Fats – Black & Blue

When Louis Armstrong (Satch or Satchmo) covers Fats Waller

How will it end? Ain’t got a friend
My only sin is in my skin
What did I do to be so black and blue?

J’adore ces 2 musiciens, Louis Armstrong et Fats Waller, d’autant plus lorsque le 1er fait un succès d’un titre du second.
(What did I do to be so) Black and Blue fut écrite en 1929 avec le parolier Andy Razaf.

« Fats » avait composé ce titre pour la comédie musicale « Hot Chocolates », jouée à Broadway par des noirs américains, à une époque où la discrimination était encore loin de devenir « positive »…

Ce titre est à la base la complainte d’une femme à la peau très noire qui perd son amant pour une femme à la peau plus claire. Interprétée par Satch, le texte est transformé en une protestation vigoureuse contre la discrimination raciale, appuyée sur une interprétation musicale magnifique.

Louis Armstrong played this same song when he visited Ghana in 1956 in front of Kwame Nkrumah.