Catégories
Music Education

Mas Que Nada

Sérgio Mendes est un pianiste et compositeur brésilien, né en 1941, connu pour sa reprise du titre de Jorge Ben, Mas Que Nada.

Sa carrière commence quand un groupe de musiciens est choisi par le gouvernement pour une tournée américaine, afin de mieux exporter la musique brésilienne, en plein cœur de la vague « bossa nova ». Jeune pianiste de Rio passionné de jazz, fils spirituel d’Antônio Carlos Jobim, Sérgio Mendes forme Brasil ’65, qui intègre entre autres Jorge Ben, et enregistre deux albums. Pendant son long séjour aux USA, il collabore avec de nombreux jazzmen, dont Cannonball Adderley.

Suite au succès relatif de ces deux premiers albums, Sérgio Mendes s’installe aux USA et développe le concept musical qui lui apportera la reconnaissance dans l’industrie musicale : une bossa nova plus pop, très arrangée, avec plein d’harmonies vocales.
C’est la naissance de Sérgio Mendes & Brasil ’66 !

Sergio Mendes + Brasil ’66 (Jorge Ben cover)

Les 7 albums suivants s’organisent sur la même base artistique : des reprises de standards brésiliens (Agua de beber, Berimbau…), et de hits « pop » (Beatles, Otis Redding, Stan Getz…), ré-arrangés par Sérgio Mendes.


Au début des années 70, Sérgio Mendes va changer tant son groupe que son orientation. « Brasil ’77 » est une formation plus large, la musique est plus instrumentale. Il délaisse le côté très « pop » et revient à ses racines primaires (Primal Roots) avec les percussions des rituels afro-brésiliens.

Playlist – Primal Roots – Brasil ’77

L’album « Timeless » sort en 2006, produit avec Will.I.Am des Black Eyed Peas et plein d’artistes invités, pour faire fusionner 2 cultures musicales, celle brésilienne de Sérgio Mendes avec la quintessence urbaine (Hip Hop/Rap) nord-américaine.

Sergio Mendes - Timeless -  Mas Que Nada

Timeless is the magnificent new album by the legendary Sergio Mendes. Produced by and featuring Will.I.Am of the Black Eyed Peas, this album is a wholly original synthesis of music from the man who–40 years ago–brought Brazil 66 and « Mas Que Nada » to the world. Timeless beautifully blends the urban culture of Brazil, samba and bossa nova with the urban culture of America, hip hop and rap, the results of which are truly spectacular.
Putting together the project, Will and Sergio, of course, brought in the Black Eyed Peas. They also recruited some of the biggest urban-pop artists of the last several decades, each a Sergio fan, to contribute to various tracks. Featured artists include Erykah Badu, Justin Timberlake, India.Arie, Q-Tip, John Legend, Jill Scott, Stevie Wonder, and members of the Roots and Jurassic 5.

Playlist
Catégories
Music

Sur écoute…

Je l’avoue humblement, je n’avais jamais regardé « The Wire » (Sur écoute en français). Erreur désormais réparée, par quelques soirées en mode « binge watching »… Dans les années de sa diffusion en France, je n’étais pas beaucoup devant la TV, et même si j’aimais déjà beaucoup les séries, je ne l’ai pas vue passer.

Mais ce n’est pas de la série elle-même dont il est question dans ce billet, mais de son environnement musical. La bande son est subtilement intégrée directement dans les scènes (elle provient généralement d’une source dans le plan) et non pas en sur-impression comme cela se fait le plus souvent.

Ce qui est intéressant de mon point de vue, est l’utilisation pour le générique d’une même composition, mais interprétée par des artistes différents au fil des saisons.

Le titre choisi est « Way Down in the Hole », une chanson entre Gospel et Blues, composée par Tom Waits pour son album Franks Wild Years en 1987.

La première saison utilise une reprise par les Blind Boys of Alabama.

En live

La deuxième saison utilise la version originale de Tom Waits, avec sa voix rocailleuse si reconnaissable, et ses textes qui portent un regard profond, parfois cynique, sur une certaine humanité abandonnée.

A la saison suivante, c’est une reprise par The Neville Brothers, groupe de Soul/Funk de la Nouvelle Orléans.

La quatrième version de « Way Down in the Hole » est enregistrée et arrangée spécialement pour la série, par 5 jeunes artistes de Baltimore (Ivan Ashford, Markel Steele, Cameron Brown, Tariq Al-Sabir, Avery Bargasse), sous le nom de Domaje.

Le générique de la cinquième et dernière saison est interprété par Steve Earle, qui a aussi un petit rôle récurrent dans la série où il joue un drogué repenti. Il donne des détails dans la vidéo ci-dessous.

Live

Way down in the hole (lyrics)

When you walk through the garden
You gotta watch your back
Well, I beg your pardon
Walk the straight and narrow track
If you walk with Jesus
He's gonna save your soul
You gotta keep the devil
Way down in the hole
Sur écoute - The Wire
Moviestore Collection/REX/Shutterstock

Sur écoute…

J’ai apprécié ces 5 saisons (que j’ai regardées en VOST), la description de l’environnement (corruption politique, décrépitude américaine, communauté noire abandonnée…), la description des personnages… même si j’ai trouvé le tout un « mou ». Les tensions se mettent en place un peu lentement à mon goût (déployées sur 10 à 13 épisodes), mais c’est effectivement, selon moi, une bonne peinture d’une ville aux USA, en plein déliquescence.

A mon humble avis, une série équivalente située dans les années 2015 à 2020 serait la bienvenue… Et serait très extrêmement déprimante…

PS : je trouve toujours amusant de voir des acteurs dans ces « vieilles » séries, quand on les a vus dans d’autres rôles depuis…

PS2 : Bosch est une autre série avec un bon superviseur musical, aidé bien sûr par les goûts musicaux du personnage, décrits dans les livres de Michael Connelly, dont est tirée la série. Pour ceux qui aiment le Jazz, entre autres…

Michael Connelly & Titus Welliver on the set of « Bosch »