Catégories
Ecrits

Seconde chance – 5

Cri primal…

Cri primal : traitement psychothérapeutique qui consiste à proposer à un patient d’extérioriser une douleur psychologique en poussant un cri puissant.

Wikipedia

GAB sentit les premiers signes d’une migraine épouvantable en développement accéléré… Bon sang, c’était quoi cette mauvaise blague ? Comment pouvait-il ainsi être assis sous un arbre, dans une clairière ensoleillée, en train d’écouter un oiseau qui se faisait appeler « Grand Scrutinizer » ? Quelqu’un lui avait monté un coup tordu, pas d’autre explication, mais c’était vraiment délirant et fichtrement bien organisé.

Il décida de s’intéresser à son étrange interlocuteur, qui pour l’instant semblait l’observer sans rien dire, tournant la tête régulièrement, pour le jauger alternativement d’un de ses yeux inquisiteurs.

Il attend sûrement une réaction de ma part… une question… ou une crise de nerfs peut-être…

Le « volatile » reposait sur ses longues pattes repliées sous lui face à GAB. Au bout de chacune d’elles, il pouvait distinctement voir les 3 doigts, longs et forts, pourvus de grosses griffes, qui devaient probablement vous ouvrir de haut en bas sans effort.
Plumage très noir, d’une profonde densité, presque vibrant, qui renvoyait de nombreux reflets bleutés, lorsque la lumière du soleil filtrait au travers des branches. Avait-il des ailes ? Pas vu de mouvements dans ce sens sur son dos… Pas de bras (ni de tentacules) à l’horizon… Il devait facilement faire 1,50 m debout, et la tête levée, atteindre les 2 m. Probablement une centaine de kilos au moins, mais il devait tout de même pouvoir atteindre une bonne vitesse de pointe.

Si ça tourne mal, je n’ai aucune chance d’en sortir vivant…

Son cou était large et puissant, rouge écarlate et supportait une tête imposante, entre ocre et jaune, ornée d’une crête épaisse et crénelée comme un château fort, d’un rouge puissant, qui basculait d’un côté et de l’autre lorsqu’il bougeait, recouvrant alternativement ses yeux.
Ces yeux ! 2 pupilles noires et rondes qui vous transperçaient littéralement et devaient fouiller au plus profond de votre âme sans ménagement…
Enfin le bec, large et recourbé, était d’un bleu vif et semblait fort comme de l’acier trempé, prêt à vous broyer ou couper un bras.

Fallait-il s’en méfier ? Pour l’instant, il s’était montré, comment dire, « courtois », même si son discours semblait sorti d’un mauvais bouquin de science-fiction.

Robot - science-fiction

GAB décida de briser le silence, qui commençait à devenir pesant, d’autant qu’il n’y avait toujours aucun bruit environnant…
Il fit donc comme si la situation était normale et agit comme s’il était en train de diriger une des innombrables réunions dans son « ancien » travail…

GAB : Je vous ai écouté attentivement, Monsieur le Grand Scrutinizer, et je voudrais rapidement synthétiser les informations que vous avez bien voulu me donner pour l’instant.
Si j’ai bien tout compris, la Terre où je suis né et d’où je viens est issue d’une expérience scientifique, dirons-nous, où les êtres vivants, dont les humains dont je fais partie, sont comme des rats de laboratoire. Vous n’avez pas pour l’instant expliqué le pourquoi de tout ça, mais admettons hypothétiquement le bien-fondé de l’expérience.
A un moment, l’évolution de votre « test » ne s’est pas déroulée comme vous l’imaginiez et a commencé à dégénérer, en particulier à cause de nous les êtres humains.
Il me semble avoir bien résumé le contexte, et si globalement, je suis assez d’accord avec vous, ceci n’explique pas ce que, moi, je fais ici ! Et encore moins à vous écouter me raconter ça ! Je ne suis qu’un petit pion dans la grande machine terrienne, je fais ce que je peux avec ce que j’ai et je tente de tenir debout comme nombre d’autres humains ou terriens, comme vous voulez…
Comme il semble que je ne sois pas en train de rêver, mais que vous ou je ne sais qui ou quoi m’avez transporté ou téléporté ici, peut-être serait-il utile de m’expliquer de quoi il retourne vraiment, non ?

Il avait débité sa tirade d’une seule traite, haussant le ton sur le fin, tellement il se sentait exaspéré désormais, tant de ne pas être sûr de comprendre ce qui se passait, que de ne pas vouloir prendre conscience de certaines implications de ce que le Grand Scrutinizer lui avait expliqué.

Il reprit son souffle. La bestiole bougeait imperceptiblement la tête et au bout d’un temps qui parut interminable à GAB, reprit la parole.

GS : Je ne pouvais pas mettre la charrue avant les bœufs. Il me fallait vous donner un peu de contexte général, avant d’entrer dans le vif du sujet. Mais je suis content, vous prenez plutôt bien ce qui se passe. Votre profil le prévoyait, mais assister réellement à votre manière de procéder est très intéressant et présage favorablement de l’avenir. Bon, en même temps, nous ne vous avons pas trop laissé le choix. Mais c’est bien, c’est très bien.
OK, je continue à vous expliquer et j’en viens à votre présence.
Nos études statistiques prévisionnelles, nous avons des analystes en général très doués, je vous le dis, ont démontré que Terre 001 allait à sa perte à très court terme. Je vous passe les détails, mais globalement, ça va mal finir. Donc l’équipe scientifique s’est réunie pour décider ce que nous devions faire. Ou pas.
Vous comprendrez que nous avons déployé des ressources, de l’énergie et donc un budget certain sur cette expérience, et nous ne pouvons nous présenter devant l’organisation avec un bilan négatif et un résultat nul. Sans oublier la compétition avec les autres équipes dans les autres galaxies. Il est hors de question que nous finissions derniers ou que nous soyons disqualifiés ! Non, non !
Nous avons réussi à négocier une petite rallonge de budget et, plutôt que de recommencer tout à zéro, nous avons créé de multiples copies presque identiques à Terre 001 avec juste quelques ajustements différents à chaque fois. Ensuite, nous avons prélevé quelques échantillons comme vous, extraits de la culture souche de Terre 001. Nous allons, avec votre coopération bien sûr, essayer d’incuber de nouveaux écosystèmes, dans ces multiples champs d’expérimentation libre, tout en sautant les étapes de l’évolution, afin de repartir sur des bases simplifiées.
Comme la variable la plus instable était l’humain, nous avons procédé à de multiples sélections sur la base de milliers de critères. Votre profil est ressorti positivement, ce qui explique votre présence ici, sur Terre 421. D’autres humains sélectionnés sont à pied d’œuvre sur d’autres Terres et ont le même type de conversation que nous en ce moment même avec mes collègues Scrutinizers.
L’idée générale est de repartir avec des humains déjà presque « finis », dotés d’un certain niveau de connaissances, pour gagner du temps et tenter d’aller plus loin.
Bon, probablement, certaines des « nouvelles Terres » ne s’en sortiront pas non plus, mais nous restons persuadés, statistiquement, que certaines vont réussir à s’épanouir.
Voilà, vous savez tout, ou presque. Et je vous félicite, car vous avez été sélectionné pour prendre en charge, sous ma responsabilité bien entendu, le déploiement de Terre 421, à partir de l’étape actuelle. Vous sentez-vous prêt ? Pouvons-nous commencer dès maintenant ?


GAB poussa un cri primal qu’heureusement personne n’entendit ou presque, car à part le volatile en face de lui, il était seul sur Terre 421. La migraine ne risquait pas de disparaître de sitôt…

Mais, c’est quoi ces conneries ?

Migraine

A suivre…

« Seconde Chance » © 2021 by Didier J. MARY is licensed under CC BY-NC-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.