Categories
Ecrits

Seconde chance – 10

La lumière au bout du tunnel…

Etait-ce enfin le bout du tunnel et la fin de cette invraisemblable situation ?

Alors que le Scrutinizer venait de s’éclipser pour finaliser le transfert dans le temps et l’espace, GAB décida de profiter de ce moment seul pour se détendre un peu avant le grand saut. Il s’installa donc sous “son” arbre pour recadrer ses pensées.

Le volatile lui avait expliqué qu’il lui suffisait de patienter tranquillement, qu’il ne se rendrait probablement pas compte que l’opération se déroulait, puisque, de la même manière qu’il avait été parachuté sur Terre 421, il serait renvoyé dans un lieu et un temps que les techniciens des laboratoires allaient tenter de cibler le plus précisément possible. Tout serait exécuté à distance et GAB n’avait donc rien à faire de spécial.

“Soyez tranquille et détendu, tout se passera bien,” furent les derniers mots du Scrutinizer avant qu’il ne quitte son corps pour son voyage intergalactique.
Tranquille et détendu… Purement théorique ça… Couché dans l’herbe, son cerveau était passé en mode hyperactif, remâchant tant la tâche qu’il devait accomplir, que la contrainte qui y était associée.
Il avait donc ciblé le Siècle des Lumières, moment important dans l’histoire des connaissances, avec tous ces intellectuels de haut vol, des encyclopédistes aux philosophes, qu’il espérait trouver le moyen de rencontrer. Pouvoir échanger avec eux serait déjà complexe à organiser, mais réussir à les influencer, voire plus, serait certainement un travail de précision pour lequel il conviendrait de s’armer de patience, voire de courage et de persistance… Et ne jamais oublier qu’il ne devait surtout pas se trahir…

Comme il ne savait pas avec certitude où et quand il allait être parachuté sur la bonne vieille Terre, il commença à réfléchir à un plan d’action efficace. Pour commencer, déterminer très vite l’année et le lieu de son “retour”. En parallèle, trouver des vêtements adaptés le plus vite possible, pour ne pas paraître immédiatement déplacé. Il était fort peu probable que les labos du Grand Organisme Décentralisé aient pensé à ce “petit détail”. Quelle langue aussi était parlée, en souhaitant que ce soit l’une de celles qu’il pratiquait correctement. En son for intérieur, il espérait que ce ne soit pas un coin trop reculé d’Europe au tout début du XVIIIème siècle. Il espérait pouvoir éviter la Transylvanie par exemple, sinon il allait bien galérer et perdre beaucoup de temps. Bon, OK, Vlad l’Empaleur, le fils du dragon, c’était 2 siècles avant…

Il lui faudrait enfin trouver le moyen de se fondre dans l’environnement… En devenant secrétaire de l’un de ces grands esprits ? Devoir écrire à la plume d’oie, ça allait être compliqué… Ou bien en intégrant l’un ou l’autre des salons, cafés ou académies très fréquentés et lieux de débats ? Déjà une approche plus abordable a priori.
Enfin, il lui faudrait se faire remarquer… Ses années dans le marketing allaient probablement l’aider, mais en s’adaptant “un peu” à ce contexte bien spécifique… Approche et communication à finaliser sur place.

La tête commençait à lui faire mal et son stress montait doucement…

Ce qu’il avait omis de préciser au Scrutinize, c’était la raison profonde de son choix des Lumières, hormis le contexte d’ébullition de toutes les intelligences de l’époque, c’était le fait qu’un siècle dure cent années… Comme, selon le volatile, le ciblage spatio-temporel ne semblait pas être leur fort et restait d’une précision toute relative (“à 99 ans près” avait-il dit), ça laissait une marge d’erreur presque satisfaisante…

GAB croisa les doigts mentalement, car il y avait tout de même pas mal d’inconnues dans son équation… Mais, c’était ça ou devenir patriarche sur cette planète et il n’en avait pas du tout envie…

ufo - ovni

Pendant que GAB commençait à “planifier” son retour terrestre et se faisait des nœuds au cerveau, le Grand Scrutinizer, lui, avait rejoint le complexe des laboratoires, pour surveiller les derniers préparatifs de ce rapatriement inhabituel et, il en avait très clairement conscience, opéré presque sans filet… Mais, il avait négocié avec son management, obtenu l’assentiment du Terrien, maintenant il fallait que les gens de la technique fassent que ça marche.

En tant que négociateur et chef de projet, il venait peu dans cette zone et était donc à chaque fois très impressionné lorsqu’il devait se rendre dans les labos, où toutes sortes de technologies étaient mises en œuvre. Certains équipements lui paraissaient improbables, tellement ils avaient l’air complexe, vus de son œil de semi-profane. Ses maigres connaissances devenaient en ces lieux un simple vernis qui lui permettait à peine de faire illusion.
Ces machines, venant de lointaines galaxies et systèmes solaires divers, semblaient comme animées d’une vie propre, indépendante peut-être… Il imaginait toutes les informations traitées en quelques nanosecondes, à coups de calculs artificiels, d’intelligence quantique et toutes ces autres merveilles numériques et multi-dimensionnelles qu’il ne connaissait probablement pas, réunies dans ces grands laboratoires. Il savait que leur but était primordial : gérer toutes les planètes, leurs interactions, les transports, les communications et quoi d’autre encore…

Il rejoignit la section spéciale qui lui avait été indiquée, là où devait être préparé, finalisé et réalisé, le transfert dans le temps et l’espace de GAB.
Il savait que les techniciens avaient réussi plusieurs tests avec des espèces animales issues du repeuplement de certaines des 499 nouvelles Terres. Tout du moins, le labo avait confirmé que les spécimens étaient bien partis. Mais comme il n’y avait plus eu de contact ensuite, l’équipe dédiée considérait que, pour l’instant, tout avait parfaitement réussi. Il était de toutes façons fort peu probable que les singes, poulets et autres cochons téléportés aient pu expliquer où et quand ils étaient arrivés, dans l’hypothèse où le transfert se soit bien déroulé, bien sûr.

Il faut dire que les équipes techniques ne comprenaient pas vraiment l’intérêt de ce programme spécial, et qu’ils avaient démontré un certain manque d’empressement. Mais le Scrutinizer leur avait confirmé que l’ordre venait d’en haut, et tout le monde s’était exécuté, sans trop montrer qu’ils traînaient un peu les pieds, pour ceux qui en avaient.

On lui demanda de patienter encore un peu, derniers réglages par-ci, ajustements par-là, et patati et patata. Le Scrutinizer s’impatientait et préféra ne rien laisser paraitre, mais il n’en pensait pas moins… Pour l’instant il ne dirait mot, mais il sentait que les techniciens ne le prenaient toujours pas vraiment au sérieux et il n’aimait pas ça.

Enfin, après une attente qui lui parut interminable, il fut invité à se rapprocher de la console centrale. Il put s’installer en face de ce qui devait être une représentation, en 3 dimensions au moins, de tous les systèmes stellaires connus. On lui expliqua que l’une des dimensions était le temps universel, mais il eut un peu mal à visualiser tous les axes simultanément…

Etes-vous prêts ? Si oui, le compte-à-rebours peut commencer.

5, 4, 3, 2, 1, transfert!
Un message s’afficha soudainement au milieu de l’écran :

Patientez…
Mise à jour du système en cours…
1% effectué(s).
Merci de ne pas vous déconnecter.

Si le Scrutinizer avait pu devenir livide, il aurait été plus blanc que blanc à ce moment précis.
Il n’avait absolument aucune idée de ce qui venait de se passer, des implications éventuelles. Aucun bruit dans le laboratoire, où tout le monde retenait son souffle, pendant que le pourcentage augmentait tout doucement.

Il comprit au silence pesant, et quelque peu gêné, qui l’entourait que tout était fini, avant même d’avoir commencé. GAB était probablement parti ou désintégré ou…

Voulait-il vraiment savoir ?
Au final, il avait rempli sa part du contrat…
Advienne que pourra…

Sans attendre aucun commentaire, il quitta le complexe des laboratoires rapidement et rejoignit Terre 421, où il devait absolument poursuivre et terminer la tâche qui lui avait été assignée, ce pourquoi il avait été d’ailleurs nommé Grand Scrutinizer.

L’avenir de l’humanité en dépendait…
Enfin, plus précisément sur la planète terraformée dont il avait la charge…
Tout du moins, c’était ce dont il voulait se convaincre, pour respecter sa mission. Et sa fonction.

Où avait-il laissé les dossiers des potentiels candidats…

terre - bout du tunnel

GAB comprit instantanément qu’il y avait eu un gros, très gros, problème.

Dans la seconde qu’il mit à être totalement congelé, il lança dans l’espace intersidéral un retentissant “et merde” que personne ne put entendre.

Dans ce court laps de temps, son cerveau lui proposa de très nombreuses images et pensées, qui défilèrent à toute vitesse…
Il put visualiser son passé bien sûr, ceux dont on l’avait séparé et qui continueraient leur vie sans lui, mais aussi tout ce qu’il avait tenté d’échafauder pour réussir à influer sur le cours de la planète Terre, imaginant que son “retour” serait couronné de succès.

Maintenant son corps raide et sans vie dérivait quelque part dans l’espace, dans une galaxie très très lointaine et probablement encore inconnue des autres Terriens.

S’il avait pu formuler une dernière pensée construite, elle se serait bornée à conclure que “sa Terre” continuerait son évolution comme elle avait commencé, allant inexorablement vers le bout du tunnel dans lequel elle était engagée depuis quelques siècles, et qu’elle atteindrait son final probable très rapidement.

Aurait-il réussi à influer sur le cours de l’histoire ?

Rien n’était moins sûr…

Aurait-il pu être la seconde chance de la Terre ?

Il aurait au moins voulu essayer, mais sur sa Terre à lui, pas une simulation virtuelle, une reconstruction synthétique, pilotée par des extra-terrestres.

Il se trame pas mal de choses étranges dans l’univers connu et inconnu. Mais sa conviction finale aurait probablement été qu’il n’y aurait pas de troisième opportunité de sauver sa planète…

🛸 The End… 🛸
La lumière au bout du tunnel… est un train.

The Turning Point by Steve Cutts

“The Turning Point” explore la destruction de l’environnement, le changement climatique et l’extinction des espèces avec une perspective “un peu” différente…

CharlElie Couture – Un jour les anges
Un jour les anges en auront marre
Qu'on reste sourds à leur mission
Alors avant qu'il soit trop tard
Les anges blessés s'envoleront
Johnny Hallyday – Noir c’est noir
Noir c'est noir
Il n'y a plus d'espoir
Oui gris c'est gris
Et c'est fini, oh, oh, oh, oh

“Seconde Chance” © 2021 by Didier J. MARY is licensed under CC BY-NC-SA 4.0

Leave a Reply

Your email address will not be published.

3 × one =