Categories
Music

Lamont Dozier & Motown

Avec les frères Brian & Eddie Holland, Lamont Dozier, décédé le 8 août 2022, a écrit des dizaines de titres qui ont atteint des sommets dans les classements Pop ou R&B.

Lamont Dozier, auteur et producteur prolifique a été l’une des pièces maitresses du succès de Motown Records au sein du trio Holland/Dozier/Holland (ou H/D/H), qui fut entre 1963 et 1972 à l’origine de plus de 80 hits dans le Top40, dont 15 n°1.

The Supremes – You Can’t Hurry Love (original take)
The Supremes – Baby Love (1964)

Dans sa biographie, L. Dozier a décrit la relation H/D/H ainsi : “Brian c’était la musique, Eddie les paroles, et moi celui qui apportait des idées et faisait la connexion entre les deux.

Ayant commencé sa carrière comme jeune chanteur de Doo-Wop, il l’avait mise entre parenthèses pendant des années pour se consacrer à l’écriture et la composition chez Motown.
Il reprendra sa place artistique en solo à compter de 1973, produisant une dizaine d’albums sans pour autant atteindre le statut de “star” pour lui-même, après une rupture tumultueuse du trio avec Berry Gordy, sur fond de royautés impayées, et la gestion pendant quelques années de leur propre label.

Going To My Roots (1977)

Dans cette période, ce sont d’autres collaborations qui auront un succès important, comme avec Phil Collins pour “Two Hearts” par exemple, qui reçoit un Grammy après une nomination aux Oscars pour le film “Buster” en 1988.

L. Dozier au sein du trio H/D/H a construit la légende Motown et a clairement défini la musique populaire des années 60 avec des chansons qui sont gravées encore aujourd’hui dans notre mémoire musicale collective.

Vous pouvez consulter une liste (exhaustive ?) de ses compositions et des interprètes associés sur ce site.

Le trio Holland/Dozier/Holland est entré au Rock and Roll Hall of Fame en 1990.

Nécrologies Lamont Dozier (EN)

Motown Records

Si Berry Gordy n’avait pas existé, tant fondateur de Motown Records que compositeur lui-même, rien de tout cela ne serait arrivé jusqu’à nos oreilles…

Deep Soul The Up Rising Of Motown (Part 1-6)

Motown ! Berry Gordy, Jr. a fondé cette honorable maison de production le 12 janvier 1959 à Detroit, avec un prêt familial de 800$. C’est tout un pan de l’histoire, et pas seulement musicale, des USA.
Car, ce garage, oups… studio d’enregistrement transformé en “Hitsville USA” a principalement produit des artistes noirs à une époque où la ségrégation existait encore… Et leurs chansons, allant de la Soul au Funk, via le Rythm ‘n’ Blues, ont accompagné les grands moments de la révolution et de la marche en avant de la population nord-américaine dans les années 60, de l’égalité des droits à la guerre du Vietnam…

Motown @ 50

Impossible de donner la liste complète des artistes et groupes, elle est immense, mais en voici un petit aperçu, en vrac : The Jackson 5, Michael Jackson, Marvin Gaye, The Temptations, The Isley Brothers, Diana Ross (& The Supremes), The Four Tops, Smokey Robinson (& The Miracles), Martha Reeves & The Vandellas, Lionel Richie, Stevie Wonder, The Commodores, Thelma Houston…

The Marvelettes – Please Mr. Postman (1961)
The Four Tops – Reach Out (I’ll Be There) (1967)

Je termine ce billet avec un grand classique, pour la route… complété dans cette vidéo par des images d’une prestation sur l’émission Soul Train et une mise en avant des fantastiques arrangements du titre.

The Temptations – Papa was a Rolling Stone (1972)

The Temptations – Papa Was A Rolling Stone (Single Version – 1972)

Petit clin d’oeil aussi au décès d’Olivia Newton-John le même jour que Lamont Dozier (26/9/1948 – 8/8/2022)

Grease – Hopelessly Devoted to You
Physical

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5 + seventeen =