Categories
Music Education

New Orleans Jass

D’aussi loin que je m’en souvienne, le premier genre musical qui m’ait imprégné est le Jazz New Orleans et/ou Dixieland.
Je devais avoir 6 ans… C’était un week-end pluvieux, du côté de Nantes, et mon papa avait décidé d’enregistrer ses vieux 78T sur des bandes magnétiques. Cette collection de disques lui servait pendant les années 50 pour des soirées organisées entre ami(e)s et d’autres venaient peut-être de son père.
Je me souviens donc très bien de ces 2 jours, où, dans une pièce légèrement enfumée par sa pipe, il passait chaque disque l’un après l’autre et faisait tourner son magnétophone…

Ce qui explique qu’après toutes ces années, j’ai gardé une passion pour le Jazz New Orleans et le Dixieland, mais j’écoute aussi tous types de Jazz, qu’il soit ancien (surtout) ou contemporain (avec certaines “limites” malgré tout dans l’avant-gardisme), car probablement, c’est ce qui a formé mon oreille et mes goûts.

Ce billet est une compilation, mise à jour à la date de publication, de multiples posts diffusés dans le passé sur différentes plateformes.

NDLA

Un siècle de Jazz

Il y a quelques années, le Musée du Quai Branly avait présenté une exposition nommée Le siècle du Jazz.

Siècle Jazz - catalogue

Parce que le Jazz a marqué de son empreinte le XXème siècle, tant musicalement qu’artistiquement, l’exposition proposait un parcours entre musique, peinture, photographie, littérature, arts graphiques et cinéma.
Même si la chronologie démarre avant 1917, date “officiellement” acceptée comme marquant la naissance du Jazz, et si bien entendu, et heureusement, le “volet Américain” est bien sûr présent, l’exposition se concentrait sur l’évolution de ce style musical dans les années 30 et 40 en Europe et en France.

Pour les audiophiles, l’exposition pouvait se suivre à travers des extraits musicaux, dont des soundies, ancêtres des clips vidéos.
L’influence du Jazz a été (l’est-elle encore ?) si forte sur les autres expressions artistiques, qu’il était aussi possible de prendre du recul et de visiter “ce siècle” à travers peintures, photos, affiches, etc. Ainsi, Dubuffet, Matisse ou Pollock étaient aussi de la partie. De quoi émouvoir tous les sens ou presque…

En parallèle, des concerts étaient proposés sur le thème Africa Jazz, le Jazz à la rencontre de ses racines africaines, où l’on pouvait écouter Jack Dejohnette face à un griot Mauritanien, le groupe de cuivres “Le Tigre des Platanes” revisitant le swinging Addis-Abeba des années 70 ou Randy Weston immergé dans la musique Gnawa du Maroc.

Les racines “Jass”

Comme un tel billet ne serait rien sans un peu de musique, voici le morceau qui est considéré comme le premier enregistrement affichant le mot “Jazz”, sur 78T en 1917 par le groupe Original Dixieland Jass Band (qui se renommera ensuite Original Dixieland Jazz Band).

Livery Stable Blues (Face A)

Dixie Jass Band One Step (Face B)

Pour mémoire, 1917 est aussi l’année où les bouges du “quartier chaud” de la Nouvelle Orléans, où se jouait les musiques-terreau du Jazz, furent fermés, engendrant la dispersion des musiciens et leur remontée vers les grandes villes du nord des Etats-Unis…

Pourquoi ce premier enregistrement est-il réalisé par des musiciens blancs ? Si vous vous posez la question, vous trouverez forcément la réponse dans la ségrégation raciale de cette époque… Si vous voulez situer le contexte, regardez le film Ma Rainey’s Black Bottom.

En avant la musique !

La Nouvelle Orléans a fait émerger tant de musiciens et artistes, qu’il faudra bien d’autres posts pour couvrir le sujet… Dr John, bien sûr, mais il ne faut pas oublier Professor Longhair, les Neville Brothers, Allen Toussaint et tant d’autres…

En attendant, voici quelques exemples, avec en place d’honneur mes préférés : FireHouse 5+2, un groupe d’animateurs Disney qui se réunissaient pendant leurs pauses à la fin des années 40 pour des “boeufs” et qui finalement ont décidé d’en “faire leur métier” avec de nombreuses tournées, apparitions dans des films et des enregistrements.

Un court dessin animé (avec Goofy !)

Tiger Rag

Si vous avez d’autres vidéos à conseiller, merci de les ajouter dans les commentaires…

George Lewis New Orleans Jazz Band – Mahogany Hall Stomp


All that Jazz, from New Orleans to NYC

En fouillant en ligne comme à mon habitude, j’étais tombé sur une vidéo, maintenant inaccessible, qui retraçait en un peu moins de 2 heures, l’histoire du Jazz, la fusion des styles, rythmes et instruments venus se croiser sur le continent américain. Elle a maintenant disparu, mais j’en ai trouvé d’autres ci-dessous.

Au fil du documentaire, on pouvait croiser Jelly Roll Morton, Ma Rainey, Fats Waller, Benny Goodman, The Dorsey Brothers, Django Rheinhardt…

On peut bien sûr ajouter de nombreux noms dans la liste de tous ceux qui ont posé les bases, puis fait évoluer le genre musical : Huddie “Leadbelly” Leadbetter, Big Bill Broonzy, Blind Lemon Jefferson, Scott Joplin, King Oliver, Clarence Williams, Sydney Bechet, Sonny Boy Williamson, Bessie Smith, Benny Carter, Duke Ellington et Louis Armstrong bien sûr.

Avant les années 30 et 40, les grandes années du Swing, on parle surtout d’Early Jazz. Car, à travers ses origines, bien avant le début du 20ème siècle, le Jazz a évolué depuis une musique régionale, spécifique à la région de la Nouvelle Orléans, prenant ses racines dans le Blues, lui-même issu des chants et rythmes des esclaves, pour devenir un genre populaire à part entière, puis s’est diffusé partout dans le monde.
Musique de danse, musique de “bordel”, musique de défilé mortuaire, le Jazz a plongé ses racines les plus profondes dans le continent Africain et est devenu un genre complet lors de ses rencontres successives avec d’autres rythmes, styles et instruments. Découvrez la grande histoire du Jazz…

History of Jazz

Ce court documentaire (EN) retrace les racines du Jazz depuis ses origines liées aux traites négrières.

Les origines du Jazz à la Nouvelle Orléans (par Stefan Sargent)

Congo Square - New Orleans-1886
Engraving by E. W. Kemble, to illustrate article “The Dance in Place Congo” by George Washington Cable, published in Century Magazine, February, 1886

Blue Note – A Story of Modern Jazz

Trailer

Bien sûr, ce billet est loin d’être exhaustif, mais j’espère qu’il vous aura donné le goût d’aller plus loin !

Leave a Reply

Your email address will not be published.

11 + 4 =