Catégories
Advertising Design, art, etc Marketing Réflexions

Design et lignes de force

J’avais commencé ce billet sur les lignes de force il y a bien des années, et je ne l’ai jamais publié, les exemples utilisés étant un peu « récents » à l’époque. Depuis l’eau a coulé sous les ponts, et je ne pense pas me montrer trop critique 10 ans après.

Depuis un certain temps, je vois passer de nombreuses créations graphiques qui « m’agacent », car leur design va à l’encontre du message qui est supposé être passé.
Ce billet est un peu long et très simplifié…

Goûts et couleurs…

Les lignes de force sont généralement une manière de structurer une photographie ou une peinture, de façon à diriger la composition spatiale et ainsi donner un équilibre à l’ensemble.

Si l’on peut s’appuyer sur des lignes tracées réellement (ligne d’horizon, bord de mer, etc.), elles peuvent aussi apparaitre lors de la lecture de l’image. En prenant du recul et en analysant la composition globale, on peut par exemple, distinguer des grandes masses, des formes, des zones de couleurs « formées » (y compris par un jeu de lumière et d’ombre), la séparation entre vide et plein…

FlagFormat.tiff
Illustration par louis-gardenCC BY-SA 3.0Lien original

Chaque type de ligne a une signification globale ou projette une tendance :

  • ondulation : mouvement, vie…
  • horizontal : équilibre, sécurité…
  • vertical : mouvement vers le haut (ou éventuellement le bas), changement…
  • oblique : déséquilibre, rupture…
  • cercle : forme parfaite…
  • carré : stabilité
  • rectangle : équilibre, immobilité…
  • triangle : élévation, harmonie…
  • spirale : mouvement, vie…

Il convient aussi de regarder les directions (haut, bas, droite, gauche), mais j’y reviendrai plus tard.

En composition photo

Cette courte vidéo très bien présentée, explique simplement le concept en photographie.

En anglais, mais très visuel

Lignes de force de base (photo)

  • Règle des tiers (lignes, intersections)
  • Lignes directrices (qui conduisent l’œil vers le sujet)
  • Diagonales (qui créent du mouvement)
  • Effets de cadrage/encadrement
  • Contraste/opposition entre la silhouette et l’arrière-plan
  • Centrage de l’œil dominant
  • Motifs et répétition
  • Symétrie

En design : vision subjective

Dans toute composition graphique, il est également considéré que la partie supérieure représente des valeurs positives, alors que la partie inférieure projette à l’opposé des valeurs négatives. De même la moitié droite représente un mouvement vers l’avant, à l’opposé de la partie gauche qui est un recul, un retour en arrière. Les lignes de force s’inscrivent alors dans un repère orthogonal, et vont évoquer une tendance dynamique de la composition graphique (que l’on peut éventuellement considérer comme « subliminale » ou subjective…) :
haut-droite = futur positif – bas gauche = passé négatif – etc.

Repère orthogonal

Ou exprimé par l’équipe Gapingvoid :

(c) Gapingvoid

Voyons quelques exemples qui m’ont marqué personnellement.

1 – Logo pour les Droits de l’Homme

Initiative internationale fondée en 2010, son but était la création d’un logo universel pour soutenir le mouvement mondial en faveur des droits de l’homme. Le logo vainqueur est l’œuvre de Predrag Stakic, originaire de Serbie, et combine deux symboles, la main et l’oiseau.

Voici le filigrane de la version originale, sur lequel j’ai marqué ce que je perçois comme lignes de force :

Logo Human Rights /  lignes de force

Et voici le même, mais avec juste une symétrie horizontale et les lignes de force qui me semblent en résulter :

Logo Human Rights -  / lignes de force modifiées

Cette toute petite modification me semble donner un impact plus positif au logo, l’oiseau allant désormais vers l’avant.

2 – Pochette « Folila »

Folila est l’avant-dernier album du couple malien Amadou & Mariam, sorti en 2012.

Lorsque j’ai vu cette pochette, ma première réaction fut de penser que c’était leur dernier album officiellement publié. Voici pourquoi :

Album Folila - Amadou et Mariam / lignes de force

J’ai mis en évidence par couleurs les grands axes : les 2 artistes vont vers l’arrière globalement et sortent du cadre, là où la ligne de chemin de fer va vers le futur. Et même si les 3 photos surimposées en haut à droite forment une flèche (la tête de l’axe du rail), ils sont statiques de face ou vers l’arrière.

Il convient de noter que leur dernier album se nomme « La Confusion » en 2017, et qu’il est celui qui est toujours mis en avant sur leur site aujourd’hui. OK, il y a quelques dates de concert, mais datent-elles d’avant COVID-19 ? Et encore une fois, regardez bien la position des 2 artistes sur cette dernière pochette

Conclusion

Les sentiments renvoyés par une composition graphique peuvent être considérés comme subjectifs ou subliminaux. Et bien entendu, les goûts et les couleurs sont matière à longs échanges.

Néanmoins, il est important pour le créatif de réfléchir au(x) message(s) qu’il tente de faire passer dans sa mise en page.

Vous lancez un nouveau produit, une publicité ou tout autre outil de communication grand public ?
Prenez du recul, et imaginez ce que vont potentiellement ressentir ceux qui vont « voir ». L’ensemble graphique créé peut être magnifique, mais quels sentiments se dégagent vraiment ?


Un dernier exemple pour la route : le logo Peugeot dans l’histoire. 1 seul allait de l’avant en 1927, dans l’entre-deux guerre.

Logo Peugeot
Logo Peugeot actuel

D’accord ? Pas d’accord ? Les commentaires sont ouverts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.